Voici le moyen le plus efficace pour être heureux.

Sur la pyramide des besoins de Maslow si bien connue de tous aujourd’hui, il y a un besoin difficilement atteint. C’est celui de l’estime.  Et pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce besoin est celui vers lequel concourent tous les autres. En effet, tout ce que nous faisons c’est en vue de se sentir important; de se sentir quelqu’un comme le disait déjà Freud en son temps.

Nous nous battons assez souvent en vue d’avoir une meilleure estime de nous-même et de mériter l’estime des autres. Mais, le problème est que nous le faisons généralement en nous référant aux autres. Notre valeur est estimée par rapport à celle des autres: Nous voulons manger en comparaison à telle ou telle personne; désirons avoir telle marque de voiture que nous espérons que personne d’autre de notre voisinage ne pourrait avoir. Nous ne désirons pas satisfaire nos besoin par rapport à nous-même mais souvent en comparaison aux autres. Ce qui nous laisse toujours un sentiment d’insatisfaction et fait développer un sentiment de complexe.

Tout complexe est dangereux pour notre épanouissement

Sachez que, qu’il s’agisse d’un complexe d’infériorité ou de complexe de supériorité, c’est un complexe. Pour être heureux, on n’a nullement pas besoin de se comparer aux autres.  Se comparer aux autres nous plonge dans un cercle vicieux de dépendance à notre désir de positionnement.

J’avais connu cette réalité alors que j’étais à l’enseignement supérieur en 3e année. J’étais intelligent et travailleur mais, j’avais une camarade qui réussissait toujours à occuper la première place devant moi. A chaque fois je me demandais toujours ce que pouvait être en train de faire cette camarade à ce moment-là. Je me plongeais alors dans mes documents quand bien même cela n’était pas dans mon programme.

Quand j’avais une meilleure note, je restais encore préoccupé à l’idée de la voir me dépasser à la prochaine échéance. Cette situation était si préoccupante pour moi au point où j’en étais tombé malade. En fait, c’est ce que m’avait révélé les séances de thérapie que j’avais suivies. A la suite de cette somatisation, j’avais pris conscience combien le complexe était un obstacle à notre épanouissement.

Avoir des objectifs autonomes pour être heureux

A partir de ce moment, j’avais pris la résolution d’être autonome dans mes objectifs et mes ambitions. Je ne me préoccupais plus des notes de mes camarades. D’ailleurs, les notes n’étaient plus une visée pour moi mais le plaisir d’apprendre. J’avais retrouvé un sentiment de liberté. Et je me sentais plus détendu parce que les études n’étaient plus pour moi une contrainte comme par le passé. C’était devenu un jeu et non plus une compétition. Et c’est à partir de ce moment que j’avais commencé à avoir une meilleure estime de moi-même. Désormais, je fonctionnais en référence interne comme on le dit en PNL.

Faites-en l’expérience. Commencez dès aujourd’hui à ne plus vous comparer aux autres et à avoir vos propres références et vos propres aspirations. Vous serez alors agréablement surpris de voir comment vous vous sentirez plus heureux et épanoui.


    Fatal error: Allowed memory size of 134217728 bytes exhausted (tried to allocate 12308480 bytes) in /htdocs/wp-includes/comment-template.php on line 2102